L’OM va récupérer l’exploitation exclusive de l’Orange Vélodrome (Avec Analyse)

C’est un très gros coup que l’OM est en passe de réaliser. Selon nos informations, après plusieurs mois de tractations parfois tendues entre l’OM et Arema – la filiale de Bouygues gestionnaire du Vélodrome – le club olympien est parvenu à ses fins et va récupérer l’exploitation exclusive du stade.

Une annonce officielle en ce sens devrait être faite, demain, au cours d’une conférence de presse organisée par la municipalité. Un propriétaire du stade qui a mis tout son poids dans la balance pour que ces négociations aboutissent. « Les choses sont en très bonne voie et devraient être annoncées dans les 48 heures« , confirme une source municipale. Même si l’OM ne confirme pas à cette heure, voilà qui ravira sans nul doute Frank McCourt, le propriétaire américain du club marseillais, qui avait fait de cet axe une condition majeure pour ses futurs investissements.

« Être locataire à mi-temps, cela n’a aucun sens », indiquait l’Américain lors d’un « Face aux lecteurs » de La Provence, fin octobre 2017. « Si vous êtes propriétaire de votre maison, vous investissez pour le long terme. Si vous êtes locataire, ce n’est pas pareil« , avait-il insisté. Concernant les détails de cet accord, « Arema garde le partenariat public-privé (PPP) et l’OM aura la gestion du stade, comme une forme de sous-traitance« , précise encore une source.

En avril dernier, Arema avait rappelé que, quoi qu’il arrive, il faudrait honorer le contrat du très controversé et onéreux PPP signé entre Arema et la Ville pour la rénovation du Vélodrome, qui court jusqu’en 2045.

NOTRE ANALYSE

Alors nous résumons, nous avons actuellement d’un côté un contrat PPP qui lie Arema à notre Ville, et un autre contrat qui lie notre Ville à l’OM pour la location du stade.

Contrat PPP : les redevances annuelles que la ville doit à Arema sont de 25 millions d’euros approximativement (4,4 d’investissement, 20,7 de fonctionnement). Ces redevances sont diminuées de recettes garanties par Arema reversées à la ville de 12 Millions d’euros. Donc le solde que doit la Ville à Arema est approximativement de 13 millions. Ce contrat est inscrit dans le marbre pour les 30 ans à venir. Comme tout contrat, celui-ci peut être renégocié par les parties mais avec des négociations sonnantes et trébuchantes. Arema possède un contrat confortable, il est important de signaler que depuis fin 2017, l’actionnaire majoritaire d’Arema est Mirova, filiale de Natixis, spécialisée dans des fonds d’investissement. Mirova a des participations dans une cinquantaine de PPP en France et autant dans le reste de l’Europe (tout y passe Autoroute, Hôpitaux, Télécom, …). Notre stade se retrouve noyé dans un fond d’investissement qui doit rapporter entre 8 et 10% l’an.

Contrat OM : le club paie un loyer avec une partie fixe de 5 millions d’euros, et une part variable pouvant aller jusqu’à un total global maximum de 9 millions d’euros. Ce contrat est hors cadre PPP, donc tout à fait révisable sans l’accord d’Arema.

Alors comment l’OM va-t-il pouvoir obtenir l’exploitation exclusive du Stade ??

Déjà nous pouvons nous interroger sur le terme exploitation ?

Est-ce l’exploitation commerciale ? Dans ce cas, ce serait l’OM qui déciderait de l’utilisation du stade, pour ses matchs bien entendu mais aussi des spectacles. Non, impossible, ou alors Arema ne peut plus garantir les 12 millions de recettes annuelles. Et puis l’OM n’est pas organisateur de spectacle.

Je pencherai plus pour l’exploitation technique du stade qui consiste en la maintenance et le choix des équipements. Cette partie de la maintenance est dans le contrat PPP estimée à 14,7 millions d’euros, somme comprise dans les 20,7 millions d’euros de redevance annuelle de fonctionnement.

Sachant qu’Arema ne touchera pas à son contrat, cette somme devrait en partie être payée par l’OM à la Ville et en contre-partie la ville a du négocier avec Arema pour que l’OM soit décisionnaire dans les choix d’investissement dans le stade (changement d’équipement, vestiaires, pelouses, …).

Si au contraire le contrat a été modifié, alors la ville a du tracter chèrement pour que la modification puisse se faire et faire rentrer l’OM dans le contrat PPP.

Mais ça on ne ne saura pas, secret des affaires oblige, on nous dira ce que les parties prenantes du contrat voudront bien nous dire…

Tout ceci est ce qu’on appelle une bonne gestion des fonds publics, de notre argent de contribuable ….

Enfin bref … le contrat a moins de quatre ans qu’on commence à bouger les lignes …. qui a dit que les PPP sanctuarisaient les dépenses ? Ils sanctuarisent effectivement les redevances dues par les collectivités mais pas les risques pour celles-ci ….

¯\_(ツ)_/¯ (Allez savoir …)

#PPP #OM #Marseille #CoucouOnEstLà

By | 2018-07-12T11:59:27+00:00 11 juillet 2018|La Provence, Presse|